A rose by any other name…

tetrisLe 30 décembre 2015, l’Union Internationale de Chimie Pure et Appliquée a confirmé la complétion de la 7ème ligne du tableau périodique de Mendeleïev, avec l’adoption de 4 nouveaux atomes lourds ayant été observés (quelques fractions de seconde) dans des accélérateurs de particules. En attendant leur baptême définitif par leurs découvreurs respectifs, ces derniers-nés portent encore les doux noms provisoires de ununtrium, ununpentium, etc. Mais d’où viennent les noms des 114 autres ?

Au commencement étaient les métaux

metauxCertains noms sont très anciens. C’est le cas, en particulier, des métaux courants, qui étaient déjà connus dans l’Antiquité et dont les noms nous viennent donc naturellement directement du latin: le fer, l’or, l’argent, l’arsenic, le plomb… Le mercure aussi était connu (étant facilement extrait du cinabre) mais s’est longtemps nommé vif-argent. Il prendra finalement le nom de son symbole alchimique, celui de la planète Mercure.

Quelques autres ont suivi un chemin plus détourné puisque c’était certains de leurs composés qui avaient déjà été baptisés en latin: ainsi l’aluminium  rentre dans la composition de l’alun (en latin alumen), le silicium se trouve dans la silice, le carbone dans le charbon, le calcium dans la chaux…

À partir de l’époque moderne, la chimie balbutiante commence à nommer les éléments identifiés selon leurs propriétés. C’est souvent la couleur (ou plutôt celle de leurs dérivés): le chlore vert pâle, le rhodium rose, le rubidium rouge foncé, l’iode violet, l’iridium arc-en-ciel)…breaking_bad Cela peut être aussi une caractéristique chimique ou biologique:  ainsi l’hydrogène permet de synthétiser l’eau, l’azote pur tue les animaux… Ou d’autres observations diverses: le fluor aide à fluidifier les métaux, le tetroxyde d’osmium et le brome dégagent des odeurs désagréables, le technétium est le premier élément obtenu artificiellement [1], le radium émet des rayonnements… On notera qu’avant le XXème siècle, rares sont les entorses au latin et au grec: seuls le zirconium (du persan), le tungstène (du suédois), le bore (de l’arabe), le bismuth (de l’allemand) font exception.

Géographies et biographies

Nombreux sont les éléments portant des noms de lieux. Pour certains, c’est une région où l’élément a été jugé abondant: par exemple le magnésium vers Magnésie, en Grèce. Pour les éléments récents, le lieu de mise en évidence est souvent choisi: le rhénium (du Rhin), le hafnium isolé à Copenhague (en latin Hafnia), le dubnium à Doubna en Russie. Plusieurs pays ou régions sont directement honorés: on trouve ainsi le francium [2], le germanium, le californium, l’américium, le ruthénium (pour la Russie), l’europium, le polonium (en hommage à Marie Curie), le scandium.

On trouve aussi quelques associations mythologiques, au gré des fantaisies des découvreurs: ainsi les titane, tantale, niobium, prométhium, vanadium et thorium. Mythologiques par ricochet, l’uranium célèbre la récente découverte de la planète Uranus (et motivera le baptême ultérieur du neptunium et du plutonium) et le cérium celle de l’astéroïde Cérès.

Bien sûr les scientifiques ayant marqué les recherches en chimie et physique atomique sont particulièrement présents dans le tableau, à partir des lanthanides (sixième ligne du tableau): ainsi Marie Curie, Ernest Rhutherford, Albert Einstein, Niels Bohr, Wilhelm Röntgen entre autres ont chacun leur élément en -ium. Curieusement, d’autres n’ont pas de lien direct avec la quête des éléments, comme Alfred Nobel ou Nicolas Copernic. Et ce alors que Lavoisier lui-même, le pionnier de la classification, n’a toujours pas le sien ! Et le père de la table périodique, Dmitri Mendeleïev, dans tout cela ? il lui aura fallu attendre 1955 et le 101ème élément pour se voir récompensé !

Et il faudra maintenant attendre encore quelque temps pour connaître les choix des découvreurs pour les numéros 113, 115, 116 et 118: les paris sont ouverts !


Aller plus loin

  • Envie d’un tour du Monde original ? Essayez de passer par tous les lieux apparaissant dans la table de Mendeleïev !
  • Plutôt que la numérologie ou l’horoscope, utilisez l’élémentologie inventée par Boulet !
  • Le site de l’Union Internationale de Chimie Pure et Appliquée (IUPAC en anglais), en charge de la nomenclature des éléments et composés chimiques.
  • Une introduction accessible aux grands principes de la table de Mendeleïev: la Classification périodique des éléments: la merveille fondamentale de l’Univers, de Paul Depovere (De Boeck).

[1] L’élément 43 avait été avant sa synthèse l’un des plus insaisissables, malgré sa taille modeste: il a été finalement isolé en 1937, mais les premières proclamations de sa découverte (erronée) dataient de 1828 !
[2] La France étant d’ailleurs également honorée par le gallium ainsi que par le lutécium. Notons que le francium constitue le dernier élément chimique à avoir été découvert dans la nature plutôt que par synthèse en laboratoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s