Les continents flottants

Les journaux ont récemment relayé un article paru dans la revue de la Société Géologique Américaine (GSA): les géologues considèrent que la Terre possède désormais un nouveau continent, Zélandia. Un continent paradoxal, puisqu’il est presque entièrement recouvert d’eau: ses seules émergences seraient les îles de Nouvelle-Zélande et de Nouvelle-Calédonie. Et si cette annonce [1] a fait autant de bruit, peut-être que le mythe de l’Atlantide et l’image toujours prégnante des continents engloutis n’y sont pas pour rien…

Lire la suite

Publicités

Histoire des tas de sable

Dans sa correspondance, Gustave Flaubert a une phrase qui pourrait être une définition parfaite de la démarche scientifique: «Pour qu’une chose soit intéressante, il suffit de la regarder longtemps».  On pourrait soutenir qu’à l’instar de la démarche artistique, la science consiste à poser un regard différent, ou même à regarder —tout court, quelque chose que personne n’avait encore vu. Et ainsi de nouveaux sujets de recherche peuvent surgir là où on n’attendait rien. Un bon exemple en est… le tas de sable ! Lire la suite

Longitude: zéro

Aujourd’hui nous sommes dans l’East End londonien, au-dessus d’une boucle de la Tamise, en face des docks de l’île aux Chiens, aujourd’hui reconvertis en quartier d’affaires. Depuis la rive on aperçoit, au fond d’un joli parc arboré comme savent en faire les Anglais, un modeste bâtiment de brique, surmonté d’une grosse boule rouge sur un mât. Nous sommes à Greenwich: origine de l’espace, et origine du temps.

Le problème du siècle

L’Observatoire Royal de Greenwich est fondé en 1675 par le roi d’Angleterre Charles II. Dans quel but ? Perfectionner les mesures astronomiques avec les meilleurs instruments de l’époque. Mais pourquoi la position des étoiles intéresse-t-elle tant la Couronne britannique ? Parce qu’elle espère prendre un avantage décisif sur les mers, en trouvant la solution à un vieux problème, après lequel toutes les puissances européennes courent depuis longtemps: le roi Philippe II d’Espagne proposait déjà en 1598 une récompense à qui le résoudrait. Galilée, Newton, Halley, Huygens, Römer, Cassini… tout ce que l’Europe compte de savants renommés s’y seront attaqués. En vain.

Lire la suite

Les clous dorés

Vous faites une randonnée dans les Alpes-de-Haute-Provence, le Tyrol autrichien ou sur la côte basque. Et là, sur un bout de falaise, vous tombez sur un énorme clou doré, un peu comme ça:

Non, ce n’est pas une borne cadastrale gallo-romaine. Ni la balise oubliée d’une course d’orientation. Et non, inutile d’essayer de le rapporter à la maison: vous n’avez pas gagné un an de fournitures dans un magasin de bricolage.

Lire la suite

L’étrange destin scientifique de quelques vieux mots grecs

asterix1Aujourd’hui, l’usage du latin et du grec se perdant inexorablement, il devient rare que la science produise encore des mots nouveaux autrement qu’en concaténant des mots anglais ou en empilant des sigles. Ainsi les articles scientifiques parleront plus volontiers de foam dynamics (dynamique  des mousses) que d’aphrodynamics [1]. Jusqu’au début du XXe siècle en revanche, on a vu fleurir les microscopes, les cinématographes et autres thermomètres.  Toutefois si ces mots paraissent asterix2transparents dans leur étymologie, ce n’est pas toujours le cas: d’étranges racines sont parfois venues se nicher au sein du vocabulaire scientifique.

Un premier exemple: électron, électricité, électronique. Autant de noms qui sonnent comme la modernité même. Et pourtant tous sont issus du grec ἤλεκτρον, qui signifie… l’ambre jaune !

Lire la suite

La descente aux Enfers

Aujourd’hui il ne reste au milieu de la toundra qu’un morceau de tuyau fermé par des boulons rouillés, oublié parmi les gravats. Et pourtant, ce coin perdu de l’Arctique russe a vu se dérouler l’une des plus fascinantes « expéditions » scientifiques: le Voyage au Centre de la Terre !

L’intérieur de la Terre a toujours été (et reste) une région difficile à explorer: historiquement, le noyau de la Terre a été découvert après l’électron, qui est pourtant nettement plus petit [1] ! C’est pourtant une obsession qui à la fois fascine et effraie, et depuis longtemps, jusque dans la fiction: des descentes d’Hercule, Orphée, Énée ou Dante aux Enfers, jusqu’aux mines inexorables creusées par les nains de Tolkien, c’est rarement une promenade de santé que l’exploration des entrailles de la Terre. Chez Jules Verne, le voyage est quand même un peu plus prosaïque et mieux organisé: dans Voyage au centre de la Terre, son équipe de scientifiques-aventuriers s’enfonce dans les galeries sous-terraines du volcan Snæfellsjökull, dans le Nord-Ouest de l’Islande, pour tenter de gagner les profondeurs. Lire la suite

Au pied du Chimborazo

chimborazoLe Chimborazo est l’un des plus hauts sommets de la Cordillère des Andes. À 6268 mètres d’altitude [1], en plein milieu du pays, c’est le point culminant de l’Equateur. Mieux, c’est l’un de ses symboles, et on retrouve son profil couvert de neige sur les armoiries et le drapeau équatoriens. Il est endormi depuis quelque 1500 ans, mais c’est bien un énorme édifice volcanique: plus de 20 km de diamètre! En plein sur la ceinture de feu du Pacifique, au-dessus d’une zone de subduction, ses éruptions étaient explosives, éjectant de grands panaches de cendres et de débris (comme le Vésuve, le Mont Saint-Helens ou encore le Pinatubo). Aujourd’hui il semble présenter peu de risques de réveil, et ses glaciers approvisionnent en eau les habitants de la région.

En 1802, Alexander von Humboldt, qui passait par là, s’essaya à l’ascension mais dut renoncer juste sous la barre des 6000 m. Presque 80 ans plus tard, c’est Edward Whimper qui débarqua en Amérique du Sud. Et après les Grandes Jorasses, après la Barre des Ecrins, après l’Aiguille Verte et le Cervin, c’est lui qui ajouta le sommet andin à sa longue liste de «premières». Pourtant, bien avant ces expéditions, le Chimborazo avait déjà fait la une chez les savants européens. Sur ses flancs s’était déroulée une expérience décisive pour l’avenir de la physique et des sciences de la Terre !

Lire la suite