Les œufs du griffon

À l’origine était la Chimère des mythes grecs: un lion à queue de serpent, qui possédait en plus une tête de chèvre sur son dos (et, pour faire bonne mesure, crachait du feu). Elle dévastait la région de Lycie, sur la côte d’Asie mineure, et c’est le héros Bellérophon — lui-même monté sur un cheval ailé — qui se chargea de l’en débarrasser. Et l’éponyme des animaux hybrides n’est qu’un exemple parmi tous ceux qui peuplent les bestiaires antiques et médiévaux [1]: le griffon combine le lion et l’aigle; le basilic le coq et le serpent, etc. Même la version antique de la licorne est très hybride: Pline lui donne un corps de cheval, une tête de cerf, des pattes d’éléphant et une queue de sanglier !

Lire la suite

Les leçons de science du Pr. Eco

Depuis longtemps j’avais prévu de consacrer un jour un billet au moins à l’Île du jour d’avant, le roman quasi-intégralement épistémologique d’Umberto Eco. Cela restera au programme, mais la disparition de l’auteur contemporain le plus encyclopédique imposait au moins un bref hommage sur ces pages. Ne serait-ce que pour payer une dette, puisque c’est avec ses romans que j’ai eu le sentiment d’entrer dans l’âge des lectures « adultes ». Et parce qu’il prouve dans toute son œuvre que science et culture ne sont en rien immiscibles.

Lire la suite